Ils en parlent...

Dépêche AFP: « Jean-Marc Germain (PS) plaide pour l’entrée au Panthéon du Groupe Manouchian »

PARIS, 20 février 2014 (AFP) –

Le député PS des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain a plaidé jeudi pour le transfert au Panthéon des cendres du Groupe Manouchian, alors que ces résistants de la Seconde Guerre mondiale ne font pas partie des personnalités retenues par François Hollande.

Le président de la République doit annoncer vendredi l’entrée sous la coupole de « grands Hommes » de quatre figures, lors de l’hommage qu’il rendra au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine) aux héros de la Résistance: Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay.
Dans une tribune jeudi sur lemonde.fr, Jean-Marc Germain salue l’hommage qui sera rendu vendredi par le chef de l’État, concernant aussi les 22 hommes du Groupe Manouchian qui furent fusillés le 21 février 1944, il y a tout juste 70 ans, au Mont-Valérien.

« Mais ce geste, pour être mémorial, ne répond qu’en partie au symbole et au sens que ce groupe porte en lui », estime le député, qui rappelle que ces « étrangers et apatrides venus des quatre coins de notre continent (…) ont préfiguré par leur fraternité de coeur et d’armes ce qui deviendra l’Europe d’aujourd’hui, et en cela ils ont rejoint Jean Monnet ».
« Hormis trois d’entre eux, aucun n’était français. Tous des apatrides, Espagnols traqués par le franquisme, Polonais, Roumains, Hongrois fuyant l’oppression nazie, Italiens pourchassés par le fascisme mussolinien et Arméniens rescapés du génocide de 1915 », souligne M. Germain.

Estimant que les membres du groupe Manouchian, dont les dépouilles reposent au cimetière d’Ivry, avaient déjà « rejoint par l’esprit » des « grands Hommes » comme Jean Moulin, Jean Jaurès et Victor Schoelcher, le député estime qu’ils méritent aussi de les rejoindre « par le corps » en étant inhumés au Panthéon.

Pour le député, un tel geste montrerait, en des temps « où se pose la question lancinante de l’identité française », que cette dernière « tient dans ce que l’on apporte à la France autant que dans ce que la France apporte ».
Durant l’été et l’automne 1943, le Groupe Manouchian réalisa près d’une centaine d’opérations armées et de sabotages en région parisienne dont, le 28 septembre 1943, l’exécution à Paris du général SS Julius Ritter, responsable du Service du travail obligatoire (STO).

AFP

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s